Cameroun: Abba Alim sur les travaux routiers à Adamaoua

Le vice-président de l’Assemblée nationale évalue depuis trente jours la qualité et l’efficacité des travaux routiers financés par le ministère des Travaux publics et le ministère du Développement urbain.

Compagnie fantôme

Le commentaire d’Abba Alim, le vice-président de l’Assemblée nationale après sa descente sur les chantiers de travaux routiers financés par le Mintp et le Minduh, est amer. Qualité brute, manque de vie de base pour les entreprises, mission de contrôle et ingénieur d’usine absent. C’est le commentaire du comité mis en place par l’élu du peuple après des raids sur les travaux d’entretien routier entre Ngaoundéré et Belel, financés par le ministère des Travaux publics dont les travaux n’ont toujours pas démarré après 5 mois. Une seule plaque apposée à l’entrée de la ville de Belel indique que des travaux sont en cours. Que ce soit à Ngaoundéré ou à Belel, personne ne connaît la société Ets Brain Service qui a attribué le contrat d’entretien routier. Même le conseil et la municipalité ignorent la présence de l’entreprise. Dans le cahier des charges de l’entreprise, la route doit avoir une largeur de 13 mètres. Sur le terrain, le comité Abba Alim notera que la largeur de la route entre Ngaoundéré et Belel est de 7 mètres. Les travaux sont effectués pour moins de 30%. Le financement de cette route est de 459 643 978 FCFA.

Spécifications ignorées

Sur le site de maintenance de la route à la gare de fret, les travaux ici ne répondent à aucune norme. La société Wildi ne respecte pas le cahier des charges. La profondeur des canaux et la taille sont à peine 40 cm. Tout est fait avec désinvolture et amateur. Pas de présence du moniteur d’usine. Interrogé par un membre de la commission de contrôle du travail du Bip, mise en place par le vice-président de l’Assemblée nationale à Adamaoua, un maçon a répondu: «Le patron n’est plus là depuis hier. Il m’a demandé de l’appeler si nous avions besoin du ciment. C’est nous qui construisons les gouttières. Je ne connais pas la mission de contrôle », a-t-il déclaré au comité de contrôle d’Abba Alim. Selon le rapport de la mission de contrôle, la société Wildi prend plus de 300% du temps de consommation. 788 791 370 FCFA. Si l’entreprise se targue d’avoir réalisé plus de 60% des travaux, la route reliant l’intersection Gare-Voyageur à l’intersection de l’aéroport est sur le point de s’effondrer. Des nids d’éléphants ont été creusés sur la chaussée à divers endroits où l’entreprise a déjà effectué des travaux.

Chaînes non standard

De même sur le site de l’intersection Bokom à Eht-Cemac. Malgré les avertissements du ministre de l’Urbanisme, la société Bliss Sarl est restée insensible. Une commande de Célestine Ketcha Courtès n’a pas été prise en compte. La qualité du travail des gouttières le long de ce tronçon laisse à désirer. Les habitants des quartiers de Bamyanga et Socaret se plaignent de la qualité des travaux et de la construction des gouttières, qui ne répondent à aucune norme. Les dirigeants de la société Bliss Sarl et ceux de la délégation régionale de Minduh pour l’Adamaoua ne répondent pas. Au mieux, ils évitent de rencontrer l’élu du peuple.

Approché à la journée, l’adjoint régional de Minduh a refusé de commenter le site en question. Idem sur le site de la route de la gare de fret où l’entreprise est en difficulté, la société Wildi peine à mener à bien les travaux. Cependant, ce dernier a repris l’activité de l’entreprise. Le montant total des travaux de cette section est de 313 081 100 FCFA. Selon lui, plus de 90% des travaux de cette section sont effectués et la qualité des gouttières ne fait l’objet d’aucune contestation. Ce n’est pas le point de vue des ingénieurs membres du comité Abba Alim et de l’opinion publique.

Boycotter

Une réunion de restitution et une confrontation entre les différentes parties, c’est-à-dire les membres du comité Abba Alim, les dirigeants des entreprises en charge des travaux, les responsables du Mintp et ceux de Minduh pour Adamaoua, ont souligné cette visite. Les chefs des entreprises responsables des travaux et ceux de la délégation régionale de Minduh ont boycotté la réunion. Malgré cela, le comité a rendu son exemplaire à Abba Alim. «Nous voulons que cette rencontre soit contradictoire pour avoir plus d’informations sur les trois sites qui nous causent des problèmes à La Vina. L’objectif pour nous est de suivre et de vérifier que les projets financés et ciblés à Adamaoua sont réalisés au profit de la population. Nous regardons également la qualité du travail », explique Abba Alim, le vice-président de l’Assemblée nationale. Selon le député, rien ne sera pareil dans la région de l’Adamaoua. Les projets financés par l’État seront livrés dans les délais et de qualité. «Nous sommes ici pour travailler pour les gens et nous ferons notre travail. Ne laissez pas les entrepreneurs véreux venir en Adamaoua. Nous regardons la qualité du travail et des relais d’exécution », conclut Abba Alim.

Adolarc Lamissia

#Cameroun #Abba #Alim #sur #les #travaux #routiers #Adamaoua

Ref. : 237online.com

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
831FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img