Cameroun – Phanie Djeudi: “Je vends des déchets de vêtements”

Après avoir déballé les brocanteurs, la petite commerçante retire ses affaires des chutes de vêtements pour nourrir sa famille.

Regarde ma peau. Ce n’est pas ma couleur de peau. C’est le soleil! Phanie Djeudi a un ton sérieux lorsqu’elle prononce cette phrase. Avec son doigt, elle pointe son bras pour montrer la noirceur de sa peau due à la météo. Ce vendredi 28 mai 2021, elle sera également habillée de vêtements appropriés, prête à tout. type de climat. Elle portait un jean détruit, un t-shirt rouge et des chaussures en plastique communément appelées «chaka». déchets de vêtements, comme elle veut le dire elle-même, l’expression citée ici est: “boulaï”.

Pourquoi parle-t-elle de déchets de vêtements? Phanie explique que cela découle de sa chaîne d’approvisionnement. Elle n’a pas assez de ressources pour faire les premiers choix lors du déballage des friperies dans le quartier de Ngonsoa. «J’attends la fin et je m’approche des déballeurs pour leur demander des frais sur les déchets des vêtements restants de leur paquet», explique le petit commerçant. Une fois ce «boulaï» en sa possession, Phanie se rend ensuite dans un atelier de couture où elle paie entre 50 et 100 FCfa par vêtement pour la réparation. Au final, elle installe la marchandise sur une petite bâche au sol sur le marché de Nkololoun, à la recherche de clients. Et la recette? «Il y a des jours où vous pouvez faire la recette de 5000 F. Cfa et d’autres jours où vous ne dépensez rien du tout. Nous sommes dans un monde de jonglerie », dit-elle en ajustant ses lunettes.

Trois enfants à charge

Phanie Djeudi, mère de trois enfants, essaie de fournir les meilleurs soins possibles à sa famille. Une opération qui n’a pas toujours été facile pour cette mère de 42 ans, titulaire d’un baccalauréat D.Avec les faibles revenus de la vente de ce “ boulaï ”, sa fille inscrite en deuxième année a dû arrêter les cours à mi-chemin. semaine. année scolaire, à défaut de paiement intégral du prix de revient. Fatigués de demander un moratoire, les responsables de son établissement l’ont expulsée. Lorsqu’elle évoque l’épineuse question du paiement des 100 000 francs CFA nécessaires pour occuper une place sur la route, elle pose sa main sur son menton et ferme son visage.

Mathias, qui a déplacé le Ngam

#Cameroun #Phanie #Djeudi #vends #des #déchets #vêtements

Ref. : 237online.com

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
831FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img