A Reims, les élèves apprennent à lire avec un chuchoteur. Et il fonctionne!

Une école privée de Reims (Marne) expérimente depuis mars les « chuchotements » pour que les élèves de première année puissent mieux se concentrer.

Pas facile d’apprendre à lire avec un masque sur le nez. L’école Jeanne d’Arc a des « chuchoteurs » dans ses classes de CP depuis mars. Une épreuve qui a fait ses preuves au fil des mois et que Catherine Thiébaud, l’une des deux enseignantes, a surmontée. « J’y ai cru tout de suite, j’avais entendu parler d’une initiative similaire lancée dans une école de Saint-Malo. Les enfants doivent élever la voix au début de l’apprentissage de la lecture. Cet outil renvoie le son à leurs oreilles et ils s’entendent mieux. “

Et le côté joueur n’est pas passé inaperçu auprès de ses 22 élèves. Naïm sort la tête de son « J’aime lire » pour témoigner : « C’est comme un coquillage quand on le met sur notre oreille. Et je lis mieux parce que je ne suis plus dérangé par les autres. Je ne rate plus une seule ligne ! “

Un coup de pouce du secteur de la construction

Pour certains, le chuchoteur est devenu plus rare au fur et à mesure que les mesures progressaient. « C’est super, j’ai vu beaucoup de progrès. Et certains ont pris l’habitude de lire dans leurs pensées. Au cours de la prochaine année scolaire, je présenterai cela en début d’année », prévoit déjà l’enseignant.


Lire aussiNiveau de lecture scolaire : la France parmi les plus faibles de la classe européenne

Plongée dans les aventures de l’héroïne Soy Luna, Charlotte a son chuchoteur attaché à son oreille droite. Elle est une adepte depuis le début. « Dès que je me rends compte que je parle trop fort, je l’utilise. Il fait une voix un peu plus forte. Et comme ça je ne dérange plus les autres. « Parce que le bruit est le nerf de la guerre chez une classe de première classe qui apprend à lire avec un masque en tissu sur le visage. « C’est beaucoup plus silencieux et grâce au chuchoteur, mes élèves sont plus concentrés. “

Le matériel est abordable : il s’agit ni plus ni moins de deux coudes de plombiers, blottis l’un contre l’autre, avec un prix unitaire de 1,41 euros. L’école n’a même pas payé un centime pour les obtenir. « Une mère d’élève qui travaillait dans une entreprise de construction nous a approchés pour les mettre à notre disposition », raconte la directrice de l’école, Aurélie Lampire. En effet, le siège de PUM Plastiques est situé à Reims et la directrice générale, Sibylle Daunis, est à l’écoute du développement des projets : « Cela avait du sens pour nous car ce projet utilise des produits que nous mettons sur le marché. “

Le patron a donc décidé de subventionner les 100 premières candidatures de ses salariés. Le bâtiment n’étant pas le secteur le plus touché par la crise sanitaire, Sibylle Daunis souhaite prendre soin de l’environnement de ses salariés. « Les coûts sont marginaux pour l’entreprise, mais après la crise que nous avons traversée, il est important de se tourner vers les autres. Et si ça peut donner des idées à d’autres enseignants partout en France, pourquoi pas ? Jusqu’à présent, les écoles de Reims, Brest (Finistère) et Pamiers (Ariège) ont bénéficié de ces chuchoteurs proposés.

#Reims #les #élèves #apprennent #lire #avec #chuchoteur #fonctionne

Ref. : leparisien.fr

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
836FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img