Et si investir dans une nouvelle maison ne coûtait pas plus cher que l’achat de l’ancienne ? Si vous savez ce que vous voulez et avez de la patience, c’est une opération accessible à tous.

Vivre dans une maison à son image reste un rêve pour beaucoup de Français. Un sentiment exacerbé par la crise du Covid-19 et le télétravail, qui a laissé de nombreux ménages hors des villes pour s’installer dans des espaces plus grands avec des jardins. Et même si vous partez, pourquoi ne pas vous installer dans un pavillon sur mesure ? Grâce aux techniques de construction, vous pouvez désormais adapter les plans à vos souhaits. Et à un prix égal ou moins cher que les anciens, notamment en région parisienne.

C’est le constat de Lucie. Ce jeune enseignant s’est mis à chercher dans l’ancien, en Seine-et-Marne, persuadé que le nouveau était hors budget. Jusqu’à ce qu’elle reçoive une offre. Pour 280 000 euros, elle a pu investir dans un terrain de 400 m2 et une maison sur mesure de 92 m2 à terminer à Grisy-Suisnes en juillet.


Lire aussiBaromètre immobilier : les prix des logements continuent de grimper à la folie en Ile-de-France

“Nous avons une maison neuve, très bien isolée, qui consomme peu d’énergie grâce à deux pompes à chaleur, un ballon thermodynamique et des tuiles photovoltaïques”, sourit-elle. Nous avons pu adapter l’intérieur à notre goût en créant un garde-manger au rez-de-chaussée, en agrandissant la salle de bain à l’étage, en réduisant une chambre à un bureau. « En revanche, le plan local d’urbanisme imposait un garage et des volets battants (et non roulants) sur la façade face à la route.

Lucie et Mickaël ont investi un peu moins de 280 000 euros pour cette maison neuve de 92 m2 en Seine-et-Marne.
Lucie et Mickaël ont investi un peu moins de 280 000 euros pour cette maison neuve de 92 m2 en Seine-et-Marne. LP/DR

176 600 euros en moyenne pour un logement neuf

Côté financier, pas de soucis pour l’instant. La future propriétaire a tout emprunté et ne remboursera qu’à son entrée dans son logement, soit 1 230 euros par mois. À savoir, c’est la banque qui fait la promotion des différentes activités de financement au fur et à mesure de l’avancement des travaux. « Pour l’instant, nous n’avons à payer que des intérêts intermédiaires par trimestre qui représentent entre 500 et 1 000 euros », explique-t-elle. Mais pour économiser de l’argent, elle et son compagnon s’occupent des peintures, de la pose du parquet et de la cuisine.


Lire aussiImmobilier : trouver un terrain pour construire sa maison, un casse-tête

Hors terrain, une maison neuve en France coûte en moyenne 176 600 euros (chiffres 2019), un budget qui monte à 204 500 euros en Ile-de-France. « La différence de prix de 10 % s’explique principalement par la question de l’accessibilité du pays, analyse Fabien Cuminal, vice-président de Domexpo, salon qui rassemble les principaux constructeurs d’Ile-de-France. Plus on se rapproche de Paris, plus la densité est importante et donc plus les chantiers sont compliqués du fait de la copropriété du terrain. Ajoutez à cela les règlements de certaines municipalités qui limitent le nombre de rotations de camions. De plus, les salaires des ouvriers sont plus élevés en région parisienne.

Immobilier : construire une maison, combien ça coûte ?

En 2019, 124 085 permis de construire ont été délivrés, dont 6 269 en Ile-de-France. Il existe trois profils d’acheteurs. Les débutants (60%) qui investissent environ 150 000 euros pour des pavillons de 110 m2, les acquéreurs de résidences secondaires (qui ont revendu pour acheter, 30%) s’installent dans 140 m2 pour 200 000 euros et les très haut de gamme qui, essentiellement sans limite de budget ( dix%).

Et c’est le prix au mètre carré qui attire les clients. Dans le premier cas il est donc de 2 000 euros/m2 au niveau national et d’environ 3 300 euros/m2 en Ile-de-France (sauf Paris pour plus de 11 000 euros et Hauts-de-Seine pour plus de 7 000 euros), tandis que le nouveau coûte 1 472 euros/m2 en France contre 1 561 euros/m2 en région parisienne.

Le choix des plans et une meilleure isolation

Yann et Laetitia ont calculé rapidement. Ce couple cherche dans l’Essonne. “Nous avons un budget de 350 000 euros et jusqu’à présent tout ce que nous avons vu était trop cher, donc nous nous intéressons au neuf”, précise Laetitia. Et avec une parcelle comprise entre 400 et 500 m2, les constructeurs nous présentent. “” On choisira le plan exact, on aura une bien meilleure isolation que dans l’ancien. Bref, on a hâte”, ajoute son compagnon.

« Il y a vingt ans, les clients choisissaient des plans imposés à partir d’un catalogue, analyse Fabien Cuminal. Aujourd’hui, ils peuvent déterminer presque tout leur intérieur. Le déclenchement de la crise sanitaire a provoqué une augmentation de 20 % de la demande en Ile-de-France. « Il y a deux ans, personne ne demandait de bureau, poursuit-il. Cela représente aujourd’hui 80% des demandes. Et comme les surfaces n’augmentent pas, on va réduire la taille des pièces ».

Situation similaire en province. Steve Beaudel, directeur commercial du groupe Hexaôm (anciennement Maison Confort, 7 000 logements par an) a vu ses commandes augmenter de 35 % en 2020. il décode. Paradoxalement, les maisons d’Ile-de-France sont plus grandes (131 m2) que celles de province (120 m2), tandis que le terrain est plus petit, 609 m2 contre 935 m2. “En Ile-de-France, les maisons sont réparties sur deux étages”, poursuit-il. Nous sommes au même niveau en province ».


Lire aussi“Immobilier tout compris” : estimez votre pouvoir d’achat et le coût réel de votre achat

Autre différence : les points d’attention. « En région parisienne, nous allons nous concentrer principalement sur l’intérieur, notamment parce que nous y passons beaucoup de temps. Tout ce qui tourne autour du confort, comme le chauffage, la lumière, les volets électriques, les volets roulants sera privilégié, alors qu’en province on fera plus attention à l’extérieur et à l’espace au sol », explique Steve Beaudel.

A Domexpo, de nombreux constructeurs de maisons individuelles proposent au public de visiter leur produit.
A Domexpo, de nombreux constructeurs de maisons individuelles proposent au public de visiter leur produit. LP / Sébastien Thomas

Une fois la décision prise, le client doit absolument choisir un professionnel qui propose le Contrat de Construction de Maison Individuelle (CCMI). Ce document, conformément à une loi de 1991, est une garantie contre les incertitudes auxquelles l’entreprise pourrait être confrontée. « Elle protège contre trois risques majeurs : le dépassement des délais pouvant entraîner des amendes pour les clients, le remplacement de l’entreprise en cas de panne sans surcoût et la garantie que le prix ne changera pas », souligne Fabien Cuminal.

En moyenne, un chantier de construction prend environ 18 mois, soit six à sept mois d’instruction de permis de construire puis environ dix à 11 mois de travaux.

Alors construire sa maison, est-ce la solution idéale ? “Il faut être prudent et visiter beaucoup de maisons d’observation car il y a beaucoup de détails auxquels on ne pense pas”, tempère Lucie. Par exemple, nous n’avons pas accès au jardin depuis la rue. Cependant, nous avons un garage qui s’ouvre sur le sous-sol qui s’ouvre sur le jardin. Nous n’avons pas pensé à faire une porte extérieure au sous-sol pour y aller directement. Résultat : on est obligé de traverser le salon ce qui est gênant quand on jardine. “

#Immobilier #construire #une #maison #combien #ça #coûte

Ref. : leparisien.fr

A REGARDER ABSOLUMENT…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here