La Communauté économique des États de l’Afrique centrale soutient la transition au Tchad

Lors d’une réunion vendredi 4 juin à Brazzaville, les chefs d’État de la CEEAC, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, ont décidé d’adhérer à la position de l’Union africaine sur le Tchad. Les présidents João Lourenço d’Angola, Félix Antoine Tshisekedi de RDC, Faustin Archange Touadéra de Centrafrique et Denis Sassou-Nguesso de la République du Congo ont annoncé leur disponibilité à accompagner la transition au Tchad.

Le Congolais Denis Sassou Nguesso a réuni ses collègues Joao Lorenço d’Angola, Félix-Antoine Tshisekedi de RDC, Archange Toagera de Centrafrique et le Premier ministre du Tchad, Albert Pahimi Padacké, rapporte notre envoyé spécial à Brazzaville, Commandant Muzembe Commandant.

Au terme d’un huis clos de près de deux heures, les dirigeants des Etats membres de la CEEAC ont donné leur point de vue. La transition amorcée après la mort du maréchal Idris Deby Itno doit s’accompagner du communiqué diffusé vendredi. Une transition nécessitait des travaux sur la réconciliation nationale et la tenue d’élections dans un an et demi.

La CEEAC devrait aider le Tchad à réaliser une transition pacifique, a déclaré le président de l’organisation sous-régionale. ” Nous prenons acte de la suspension de la Constitution tchadienne de 2018 et de la mise en place d’un Conseil militaire national », indique le communiqué du sommet de Brazzaville, lu par le ministre des Affaires étrangères de Brazzaville, Jean-Claude Gakosso.


Tout en affirmant leur condamnation de toute prise de pouvoir par des moyens non démocratiques, les dirigeants centrafricains ont donc insisté sur le cas exceptionnel du Tchad suite au décès de son président le 20 avril. Ainsi, à l’issue de ce sommet, le Tchad ne sera pas exclu des organes de la CEEAC et bénéficiera même de toute la prise en charge de cette dernière. La CEEAC prend acte des mesures prises par les autorités de transition pour préserver notamment la sécurité et l’unité de l’Etat.

Cependant, l’armée est appelée à organiser une « transition politique » d’ici 18 mois et un dialogue national inclusif dans les meilleurs délais. C’est la même demande que l’Union africaine a formulée le 20 mai.

A l’ouverture de ce sommet, le président de la Commission africaine Moussa Faki Mahamat a appelé à soutenir la transition au Tchad. Selon lui, il réussira avant tout avec la réflexion, l’intelligence et la créativité des hommes politiques et des élites militaires tchadiens.


Il est à noter que les chefs d’Etat centrafricains n’ont fait aucune mention de la situation sécuritaire entre le Tchad et la République centrafricaine dans leur communiqué final. On sait que les deux pays ont ouvert une séquence diplomatique suite aux tensions nées de l’affrontement meurtri de dimanche entre militaires tchadiens et centrafricains à un poste frontière. Cependant, en marge de ce sommet, une rencontre a eu lieu entre le Premier ministre tchadien et le président centrafricain. Pourtant, rien n’a filtré de cette rencontre.

.

#Communauté #économique #des #États #lAfrique #centrale #soutient #transition #Tchad

Ref. : rfi.fr/fr/afrique/

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
821FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img