Mali : Assimi Goita prête serment comme président de la transition

Le colonel malien Assimi Goita a prêté serment, lundi 7 juin, en tant que président de la période de transition politique pour ramener les citoyens au pouvoir, à la suite de deux coups d’État dénoncés par les principaux partenaires de ce pays important pour la stabilité du Sahel.

« Je jure devant Dieu et le peuple malien de maintenir fidèlement le régime républicain » […] préserver les acquis démocratiques, garantir l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national », a déclaré le colonel Goita en uniforme de cérémonie alors que les partenaires du Mali exigent des garanties de l’armée qu’ils laisseront la place aux civils après les élections de début 2022.

La cérémonie aura lieu au Centre international de conférences de Bamako (CICB), où le colonel Goita prendra la parole peu après.

L’investiture d’Assimi Goita « Ce sera le moment pour lui de rassurer et de prendre solennellement des engagements clairs sur le déroulement des huit mois restants de la transition », a estimé un diplomate en poste à Bamako ce week-end qui a requis l’anonymat.

Si la nomination d’un nouveau Premier ministre semble imminente, le colonel Goita peut se contenter de dire que les élections auront lieu “dans le présent” l’année prochaine, ce qui, selon les observateurs, pourrait bouleverser la communauté internationale.

Les ambassades occidentales avaient généralement décidé de “collègue” au lieu d’un ambassadeur, quel “Signal politique” mais n’est pas « Ni boycott ni sanction »a dit la source diplomatique.

Lire aussi Mali : l’enlèvement du journaliste français Olivier Dubois confirmé dans une vidéo publiée par JNIM

Double coup de force

Le Mali, foyer du djihadisme au Sahel, vient d’être le théâtre de deux coups d’Etat en neuf mois par Assimi Goita et son groupe de colonels.

Lors de la première, le 18 août 2020, les officiers ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keita, affaibli par la contestation menée depuis des mois par le Mouvement du 5-Juin / Rassemblement des forces patriotiques (M5/RFP), un collectif d’opposants, de religieux. de la société civile.

La junte, sous la pression internationale, s’est alors engagée dans une période de transition pouvant aller jusqu’à 18 mois et dirigée par des civils.

Le 24 mai, le colonel Goita, qui est resté le véritable homme fort, a bafoué cet engagement en arrêtant le Président et le Premier ministre de transition, deux civils.

L’officier a depuis été nommé président de la transition par la Cour constitutionnelle.

Pour le Mali, dont les troupes manquent de moyens, le maintien des partenariats internationaux est un enjeu crucial.

Celui qui tient la corde pour accéder au poste de Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, un vétéran de la politique issu des rangs du M5, a tenté de rassurer vendredi en promettant que son pays honorerait ses obligations internationales. Mais l’ancien ministre de 63 ans a également averti que “Les gros mots, les sanctions, les menaces ne feront que compliquer la situation.”

Lire aussi Mali : la suspension française fait réagir Bamako

160 morts au Burkina

Craignant le nouveau coup d’État, la France a annoncé la suspension de ses opérations conjointes avec l’armée malienne après huit ans d’étroite coopération contre les jihadistes.

Jusqu’à nouvel ordre, la force Barkhane, qui opère dans plusieurs pays du Sahel, ne quittera plus ses bases pour des opérations terrestres au Mali, même si elle continuera à attaquer les chefs djihadistes si l’occasion se présente.

Cependant, la situation dans la zone d’action de Barkhane reste préoccupante. Au Mali, au moins 11 membres d’une communauté touareg ont été assassinés par des inconnus jeudi près de Ménaka (nord-est).

Le Burkina Faso voisin a subi l’attaque la plus meurtrière de présumés djihadistes depuis 2015. Le bilan effroyable s’élève à au moins 160 morts vendredi soir, selon des sources locales.

Les militaires maliens s’emploient également à rassurer les ex-rebelles indépendantistes du nord, réunis au sein de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), qui ont signé un accord de paix en 2015.

Après avoir exprimé leurs réticences, les dirigeants se sont dits prêts à mener ce nouveau chapitre de la transition et plusieurs d’entre eux devraient prendre leurs fonctions.

Ouest de la France

#Mali #Assimi #Goita #prête #serment #comme #président #transition

Ref. : lavraieinfo.com

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
821FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img