Marie-Hélène Audoye, la personne disparue sur la Côte d’Azur: l’amant jaloux, dernière cible de l’enquête

SÉRIE (4/4). En 1996, Marie-Hélène Audoye n’avait pas été retrouvée depuis près de cinq ans lorsque PJ de Nice commença à s’intéresser de près à Evelyne, l’ancienne patronne de Steven, l’ami du défunt. Les gendarmes, qui prennent en charge le dossier, creusent à leur tour cette piste.

Notre série sur l’affaire Marie-Hélène Audoye

  • 1. La personne disparue de la Côte d’Azur
  • 2. Le fiancé et les faux indices
  • 3. L’impasse du réseau de la prostitution
  • 4. L’amant jaloux, cible finale de l’enquête

Quittez le réseau international de la prostitution. La PJ de Nice se concentre à nouveau sur les proches de Marie-Hélène Audoye. Et à cette Evelyne, la jalouse maîtresse de Steven, la fiancée du défunt. Une femme dont Steven avait peint un portrait peu flatteur lors de sa deuxième audition, en novembre 1991, allant jusqu’à prétendre qu’elle pouvait utiliser «une forme de haine» contre son compagnon.

À l’époque, les chercheurs ont estimé qu’il était inapproprié de jeter leurs filets autour de ce négociateur immobilier orageux. Près de quatre ans plus tard, ils sont de retour sur la bonne voie. Et ce qu’ils découvrent est intrigant.

Une “personne dangereuse”

Evelyne n’avait pas seulement Steven pour amant. Elle multiplie les relations, souvent avec des hommes mariés, et tout aussi souvent mixte sexe et affaires. Rien d’illégal jusqu’à présent, même si les enquêteurs retrouvent la trace d’une courte période de détention à Fleury-Mérogis pour détournement financier à la fin des années 1970.

Mais leurs recherches les ont amenés à entendre certains de ces hommes et leurs compagnons légitimes. Et presque tous affirment avoir fait l’objet de harcèlement et de menaces de la part d’Evelyne. L’un d’eux a porté plainte et l’un de ses anciens amants la qualifie même de «personne dangereuse».

Plus la police avance, plus le paysage autour de la maîtresse de Steven s’assombrit. Ils apprennent qu’en 1993, deux ans après la disparition de Marie-Hélène, le 21 mai 1991, elle a été entendue dans le cadre d’une enquête pénale à Paris après l’exécution d’un criminel corse dans un bar du 15e arrondissement. Cette fois, les chercheurs affirment que la présence d’Evelyne dans l’entourage de Marie-Hélène n’est pas rassurante. Tout cela mérite au moins quelques questions.

“Une jalousie amoureuse et folle”

Le 21 mars 1996, Évelyne est interpellée à Nice dans une voiture d’Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône. Conduisez la PJ en garde à vue. D’emblée, elle a déclaré qu’elle n’avait rien à voir “directement ou indirectement avec la disparition de Marie-Hélène”. Après avoir nié cela, elle avoue finalement être entrée dans l’appartement de la jeune femme et de Steven en leur absence pour y laisser volontairement du rouge à lèvres et une pince à cheveux.

Cette démonstration de jalousie avait poussé le couple à se disputer. Surtout, Steven avait “appelé” Evelyne pour s’excuser: “Je me sentais très humilié. J’agissais par jalousie amoureuse et idiote”, avoue Evelyne à la police.

Mais près de cinq ans après les faits, cette garde à vue, limitée à moins de dix pages d’interrogatoire, n’a pas beaucoup de sens. Juste le sentiment que cette femme au caractère fort et aux méthodes assez “ cash ” avait un motif de blâmer Marie-Hélène: une fille plus belle et plus jeune qu’elle qui venait d’emménager avec Steven et qui parlait de mariage et d’enfants. Mais les sentiments et les impressions dans une enquête ne suffisent pas. Surtout si cette recherche ressemble à une voiture qui ne cesse de tourner et reste coincée dans des impasses.

Cinq ans après la disparition de Marie-Hélène Audoye, le 21 mai 1991, les gendarmes héritent du dossier.
Cinq ans après la disparition de Marie-Hélène Audoye, le 21 mai 1991, les gendarmes héritent du dossier. DR

En cette année 1996, les parents des personnes disparues en ont assez. Déçus et amers, ils ne font plus confiance à la PJ de Nice. C’est pourquoi ils demandent au juge d’instruction de renoncer à la police au profit de la gendarmerie. Le magistrat accepte. Une enquête qui s’étire et est confiée à des «concurrents» n’est jamais bon signe.

Les trésors de l’espace de stockage

Cependant, les gendarmes du service d’enquête marseillais qui ont hérité du dossier ne cherchent pas à tout changer radicalement. Ils embrassent même le dernier axe de l’enquête et continuent de creuser le sentier Evelyne. Le 21 juin 1996, ils ont perquisitionné un entrepôt de meubles à Nice dans lequel le négociateur immobilier avait entreposé des objets personnels mais les avait loués sous un faux nom. Une fois la porte ouverte, ils découvrent cinq conteneurs en bois. La recherche peut commencer.

Ils mettent la main sur le journal d’Evelyne de 1991, l’année exacte de la disparition de Marie-Hélène. En le faisant défiler, ils voient que toutes les pages correspondant au mois de mai ont disparu. Ils retrouvent ces pages un peu plus tard en vidant un autre conteneur. Et là, à la page du 21 mai, date de la disparition, le numéro 21 est souligné.

Autre information, il est écrit qu’Evelyne a prévu un déjeuner ce jour-là à Saint-Laurent-du-Var, près de Cagnes-sur-Mer. Malgré cela, Evelyne avait mis en garde à vue contre la police qu’elle se trouvait à Paris ce jour-là. Une note de restaurant à Saint-Laurent-du-Var le 21 mai est également retrouvée, confirmant sa présence sur le littoral.

La recherche de l’espace de stockage prend l’apparence d’une chasse au trésor. Les gendarmes ont également retrouvé un article de presse consacré à la disparition de Marie-Hélène, puis vérifié les talons et relevés bancaires. Le 21 mai 1991, Évelyne a retiré 10 000 francs en espèces et a effectué un virement interne de 55 000 francs entre deux comptes. Et pendant la semaine de la disparition, plus de 200 000 francs ont été débités de son compte en plusieurs versements.

Une autre audience

Ces transferts d’argent sont plus qu’intrigants pour les chercheurs. Une fois la fouille terminée, ils ont placé Évelyne sous surveillance avant de la convoquer dans leurs locaux à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 16 juillet.

Mais l’audition s’avère moins facile que prévu. Evelyne a la réponse à tout: à propos des pages manquantes de son journal de mai 1991, elle explique que c’est sans doute le geste malveillant de quelqu’un qui veut lui faire du mal et l’impliquer dans la disparition de Marie-Hélène. «Si j’avais quelque chose à reprocher à moi-même, j’aurais fait disparaître tout l’agenda», a-t-elle lâché à propos du rapport aux gendarmes, avec une confiance qui ne l’a jamais lâchée. Elle évoque les transactions liées à son travail sur les montants importants radiés lors de la disparition de la jeune femme.

Malgré cette somme d’éléments inquiétants, les gendarmes sont un peu petits. Évelyne quitte le bureau d’études marseillais comme elle y était entrée quelques heures plus tôt: gratuitement.

Un dernier coup de poker

Une autre porte a frappé les doigts des détectives. Mais les gendarmes veulent être aussi têtus que cette énigme. Pour eux, le 21 mai 1991, tout s’est passé dans l’appartement de Cagnes-sur-Mer où ils sont convaincus que Marie-Hélène est revenue après sa visite dans les pharmacies monégasques, au lieu d’aller directement dans les Hautes Alpes. La visite inattendue d’une jeune femme qui sait qu’elle a été trompée et qui voudra peut-être le savoir.

Ils s’appuient donc sur le témoignage de la gérante du magasin de croissants, qui déclare avoir vu Marie-Hélène dans son établissement en bas de l’immeuble en début d’après-midi et lui avoir parlé avant de regagner son appartement. Et puis il y a cet appel téléphonique depuis la ligne fixe à 16h19 qui atterrit chez Evelyne. Steven a admis avoir commis cet appel de 19 secondes, mais reste insaisissable sur son contenu.

Le 15 juin 1999, les gendarmes ont décidé de tout essayer pour tout. Ils placent simultanément Evelyne et Steven en garde à vue. Ils savent que le temps est de leur côté. D’abord parce que nous sommes huit ans après les faits et aussi parce qu’Evelyne a déjà épuisé ses crédits de police. Les soldats n’ont que cinq heures d’avance sur eux.

Tout comme il y a trois ans, le négociateur immobilier n’hésite pas. Cela n’a rien à voir avec la disparition de Marie-Hélène. Dans un bureau voisin, Steven n’épargne pas son ancienne maîtresse. C’est une nympho et une jalouse maladive, il insiste et assure qu’elle ferait tout pour le garder. Mais sans aveu, et sans trace de Marie-Hélène et de sa voiture, cette garde à vue aux accents de mauvais vaudeville est enfin levée. Le jeu de poker des gendarmes a échoué. Le bluff ne fonctionne pas toujours.

Une enquête moribonde

Le dossier de Marie-Hélène Audoye commence à bourrer les étagères et à ramasser la poussière. Ils n’ont guère plus que ses parents pour se battre. Police judiciaire, gendarmerie, tout le monde s’est cassé les dents dans cette affaire. En mars 2007, les chercheurs ont regagné l’appartement de Cagnes-sur-Mer, qui comptait de nombreux autres locataires depuis 1991. Là, ils passent le “Bluestar”, ce produit magique qui révèle des traces de sang, même lessivé, voire ancien. Mais cet acte d’enquête résonne comme le râle de la douleur. Seize ans plus tard, que peut-on trouver sérieusement dans un endroit qui n’a jamais été mis sous scellés?


Lire aussi30 ans plus tard, la mère de Marie-Hélène Audoye se bat toujours pour trouver des réponses

Ultime infusion de justice dans cette enquête moribonde, en 2010: une confrontation devant le tribunal entre Evelyne, la rivale, Steven, l’ex-petit ami de Marie-Hélène et les parents. Comme si nous devions enterrer ce fichier une fois pour toutes sans corps.

L’enquête est close depuis 2013. Congédiement. Vingt-deux ans de faux espoirs, de vrais indices, de mensonges. Sur la plage d’Antibes, où Marie-Hélène aime se reposer, la mer est toujours là. Les chaises longues aussi. Mais maintenant, une jolie fille de 22 ans est absente de la carte postale.

#MarieHélène #Audoye #personne #disparue #sur #Côte #dAzur #lamant #jaloux #dernière #cible #lenquête

Ref. : leparisien.fr

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
840FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img