Policière agressée près de Nantes : dans sa fuite, l’assaillant a séquestré une jeune femme chez elle

Un homme a agressé au couteau une policière municipale ce vendredi dans les locaux de la police municipale d’un village près de Nantes.

L’essentiel

  • Une policière municipale a été agressée au couteau à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), près de Nantes, ce vendredi vers 10 heures. La victime a été grièvement blessée, mais elle « survivra à ses blessures », selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.
  • Le suspect a ensuite séquestré une femme à son domicile a proximité des lieux de l’attaque, pendant 2h30.
  • L’homme, « fiché et radicalisé », a légèrement blessé deux gendarmes après sa fuite. Il a lui-même été gravement touché par balles, et est décédé peu après son interpellation.
  • Le suspect venait de sortir de prison où il était détenu pour des faits de droit commun, et était atteint de « schizophrénie sévère ».
  • Une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre sur une policière municipale et sur des gendarmes mais aussi pour séquestration d’une jeune femme.

Les derniers développements en direct

22h20. C’est la fin de ce direct, merci de l’avoir suivi. Pour rappel, un récapitulatif complet des événements de la journée, ainsi qu’un portrait de l’assaillant, sont à lire ici. Bonne fin de soirée.

21h25. Un assaillant au profil complexe. Ndiaga Dieye a trouvé la mort ce vendredi après-midi après avoir attaqué une policière et séquestré une jeune femme pendant plusieurs heures. Délinquant, schizophrène et radicalisé, l’homme de 39 ans présente un profil au passé lourd et complexe. Son portrait et son parcours sont détaillés dans cet article.

21h15. « On l’entendait parler tout seul, fort, la nuit. Mais il était gentil ». Un jeune voisin de l’assaillant, qui a croisé l’homme ce matin avant l’attaque, se souvient l’avoir entendu dire « qu’il avait des problèmes psychiatriques ». Avec d’autres riverains qui ont vécu, pendant quelques heures, en état de siège, il témoigne.

20h55. Le soupçon d’un parcours meurtrier contre les forces de l’ordre. Le procureur de la République a rappelé que l’assaillant a d’abord visé une policière municipale avant de viser des gendarmes à proximité.

20h50. « Profondément choquée », la policière n’est pour l’instant pas en état de faire une déposition », souligne le procureur de la République de Nantes.

20h45. Le parquet antiterroriste doit-il être saisi ? Pour l’instant, le procureur ne tranche pas. La question, c’est si les faits ont été commis « dans un contexte de radicalisation », et si par voie de conséquence, le « parquet antiterroriste de Paris doit être saisi pour suivre cette enquête », développe le procureur de la République Pierre Sennès.

« Après une première analyse commune, il a été décidé que le parquet de Nantes continuait l’enquête », mais cette situation est « susceptible d’évoluer » selon les nouveaux éléments de l’enquête venant prochainement. L’enquête a été ouverte pour tentative de meurtre sur une policière municipale et sur des gendarmes mais aussi pour la séquestration d’une jeune femme. « Il y a des éléments importants dont nous avons besoin pour apprécier les contours de cette affaire : nous n’avons pas la déposition de la policière municipale qui a été agressée », note par exemple le procureur.

20h40. Le suspect était sorti de prison le 22 mars dernier, date de la fin de sa dernière peine de prison, selon le procureur de la République. Il était incarcéré à la Maison d’Arrêt de Nantes. « A l’occasion de ses incarcérations, il présentait de graves problèmes psychiatriques », précise le procureur, qui ajoute que l’assaillant était sous le coup d’une injonction de soins. Il a été reçu par des conseillers d’insertion à plusieurs reprises entre mars et mai. « A l’occasion de ces contrôles, il a été établi qu’il participait activement aux collaborations judiciaires, et suivait scrupuleusement les soins imposés dans le cadre de l’injonction de soins », assure Pierre Sennès.

20h35. Le suspect avait séquestré une femme après l’attaque. Après avoir attaqué la policière, le suspect s’est réfugié « dans un logement privé aux environs de 10h40 qui se trouve derrière la brigade de gendarmerie ». Le logement était occupé par une jeune femme, séquestrée pendant 2h30 par le suspect.

Vers 13 heures, l’homme a tiré sur les forces de l’ordre sur place depuis le balcon du logement, à l’aide du revolver qu’il a subtilisé à la policière qu’il avait agressée. « Sur cette première phase d’échanges de coups de feu, il n’y a pas de blessé », révèle le procureur Pierre Sennès. Dans un nouvel échange de tirs, près de la gendarmerie, « un gendarme est atteint au genou, un autre au coude, et l’un des deux a la chance que son gilet pare-balles arrête un troisième projectile. Les gendarmes ripostent et le blessent à l’abdomen », résume le procureur.

19 heures. Prise de parole attendue à 20h30. Le procureur de la République de Nantes doit s’exprimer sur l’attaque à 20h30 ce soir.

18h55. Qui est Ndiaga D., l’assaillant de La Chapelle-sur-Erdre ? L’homme qui a agressé une policière au couteau dans la commune près de Nantes, souffrait de troubles psychiatriques. Il était sorti de prison en mars dernier. Sa radicalisation avait été décelée en détention. Ce que l’on sait de l’homme est résumé dans cet article.

17h35. De nombreuses réactions politiques. « Terrible attaque », « acte ignoble »… Les prises de position se multiplient après l’agression dont a été victime la policière municipale. Le récapitulatif est à lire ici.

17h16. Le ministre de la Justice nie l’existence de toute « faille » dans le suivi du suspect. « Il avait purgé sa peine », insiste le ministre, qui assure que l’homme était bien suivi par la justice et par un médecin après être sorti de prison.

17h15. Le Parquet antiterroriste n’est pas saisi, rappelle le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. « L’auteur avait purgé sa peine, qui n’a pas été aménagée. Le parquet antiterroriste n’est pas saisi au moment où je vous parle, et il convient de préciser que cet homme faisait l’objet d’un suivi sociojudiciaire qu’il a respecté », déclare le ministre face à la presse. « Ca consistait à rencontrer régulièrement un médecin psychiatre tout en étant fiché au FSPRT. Il a honoré tous les rendez-vous qu’il avait avec l’institution judiciaire. Il avait un domicile et avait un travail. »

17h10. La policière attaquée était une ancienne militaire, ensuite devenue ASVP pour la mairie de La Chapelle-sur-Erdre, avant de devenir policière municipale.

16h45. Depuis l’Afrique du Sud, Emmanuel Macron réagit. Le président de la République, en visite en Afrique du Sud, a fait part de sa « pensée pour la policière municipale victime d’une attaque » ce matin, pensée visant aussi « tous ses collègues ».

16h35. Réaction de Jean Castex. « À l’ensemble des militaires de la gendarmerie mobilisés pour appréhender l’auteur de la lâche attaque perpétrée ce matin à La Chapelle-sur-Erdre, je veux dire ma gratitude et la profonde reconnaissance de la Nation », salue le Premier ministre sur Twitter. « Mes premières pensées vont à la policière municipale qui a été grièvement blessée : elle a tout mon soutien et je veux lui faire part de la solidarité de l’ensemble du Gouvernement », poursuit-il.

16h30. L’hommage du président du Sénat. « Encore une policière municipale sauvagement agressée par un assaillant radicalisé et des gendarmes blessés lors de son arrestation. Je veux saluer l’action rapide de nos forces de l’ordre, en première ligne dans le combat pour notre sécurité », a réagi Gérard Larcher sur Twitter.

16h15. Le suspect habitait La Chapelle-sur-Erdre, confirme le maire de la ville, Fabrice Roussel. Il s’est présenté à la police municipale en invoquant « un problème de voiture », a-t-il déclaré.

15h58. Le profil hybride du suspect confirmé. L’homme, français et né en France, précise Gérald Darmanin, est connu de la police pour des faits de droit commun, et n’a jamais été condamné pour des faits liés au terrorisme. Il affichait une pratique rigoriste de l’islam. Atteint de schizophrénie sévère, sous un traitement médical, il avait été placé dans un appartement avec un suivi par une association dédiée à sa sortie de prison, selon le ministre.

15h55. La policière « survivra à ses blessures », annonce le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur place. Le ministre a confirmé le déroulé de l’attaque, qui a eu lieu à 9h45, selon lui. Le suspect, qui a « pris la fuite, a échappé à une première interpellation ». Lors de sa seconde interpellation, il « a voulu s’en prendre de nouveau aux gendarmes et a tiré avec l’arme qu’il aurait prise à la policière municipale ».

15h35. Jean-Luc Mélenchon dénonce le manque « d’accompagnement médical » du suspect. « Comment un malade atteint de schizophrénie a-t-il pu être abandonné sans accompagnement médical ? 31 000 lits de psychiatrie de moins en 30 ans : voilà le résultat. », a réagi le chef de file de La France Insoumise sur Twitter.

15h20. Un suspect au « profil hybride ». Selon une source proche du dossier, le suspect décédé après l’attaque présentait un « profil hybride, radicalisé et malade psychiatrique très lourd ».

15h10. Le soutien de la porte-parole de la gendarmerie nationale. Sur BFM TV, Maddy Scheurer a souhaité un « prompt rétablissement » à la policière blessée ainsi qu’aux deux gendarmes blessés par balle. « Il n’y a aucune situation anodine », a rappelé la gendarme qui rappelle le quotidien parfois lourd des forces de l’ordre, avec « dees interventions qui ne préviennent pas ». « Je pense aussi à la population, qui a été marquée de voir un tel déploiement dans un temps aussi contraint sur le territoire », dit-elle, saluant le travail « en synergie » des gendarmes, du GIGN, du GIH ou encore de l’Armée de Terre dans de telles situations.

14h45. Une radicalisation observée en prison. Selon une source proche du dossier, l’homme a d’abord été incarcéré en 2013, après un vol à main armé en récidive avec séquestration. Après une tentative d’évasion, il est à nouveau condamné en 2016. C’est la qu’il se radicalise, avec une pratique rigoriste de la religion. Sa tendance schizophrène est aussi repérée. Il est placé dans une cellule individuelle avant d’être libéré en mars 2021.

14h27. Le suspect est décédé, selon nos informations. Les secours tentaient de le réanimer depuis son interpellation. Il avait été touché par balles.

13h55. Grièvement blessé lors de son interpellation, le suspect est actuellement en train d’être réanimé par les services de secours. Il aurait tenté de s’en prendre à des résidents à côté de la brigade de gendarmerie, détaille un proche de l’enquête.

13h45. L’homme interpellé près de la gendarmerie de la Chapelle-sur-Erdre. Il aurait tenté de s’y introduire, selon une proche source de l’enquête.

13h39. Gérald Darmanin salue l’opération des gendarmes. « Les Gendarmes ont neutralisé l’individu suspecté de l’agression au couteau de la policière municipale de la Chapelle-sur-Erdre. Merci à eux et pensées pour les gendarmes blessés lors de cette interpellation », écrit le ministre de l’Intérieur sur Twitter. Comme nous vous le disions précédemment, il est attendu sur place dans les prochaines heures.

13h34. A ce stade, les motivations du tueur ne sont pas connues. Le parquet national terroriste n’est pas saisi de l’affaire pour l’instant.

13h27. L’homme est connu des services de police. Selon nos informations, il est inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, pour interdiction de se déplacer à l’étranger. Âgé de 39 ans, il est connu pour des faits de droit commun.

13h22. Le suspect a été interpellé. L’individu a tenté de s’en prendre à deux gendarmes, blessés par balles à la main et au bras, sans gravité.

12h53. Le ministre de l’Intérieur est attendu sur place.

12h50. Premières réactions. « De tout coeur avec cette policière municipale grièvement blessée. Courage à nos policiers mobilisés pour arrêter l’auteur de cet acte lâche et barbare » réagit sur Twitter la présidente (LR) de la région Pays de la Loire Christelle Morançais. Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR, appelle, lui, à un « sursaut national pour protéger ceux qui nous protègent ».

12h42. Le véhicule a été retrouvé accidenté à proximité, nous apprend une source sur place. L’homme aurait ensuite pris la fuite à pied.

12h30. Plus de 200 gendarmes et deux hélicos sur place. 180 gendarmes départementaux, 60 gendarmes mobiles et l’antenne GIGN de Nantes sont mobilisés pour retrouver le suspect toujours en fuite, ainsi que deux hélicoptères et plusieurs équipes cynophiles.

12h15. Les habitants appelés à rester chez eux. La gendarmerie nationale indique sur Twitter qu’une intervention est en cours. Elle appelle à éviter le secteur, bouclé. Les écoles sont fermées et les habitants invités à rester chez eux. « Les enfants sont confinés dans les écoles et collèges de la ville », a confirmé un responsable municipal à l’AFP.

12h10. Le suspect est armé. Le suspect s’est également saisi de l’arme de la policière.

12h05. Une attaque dans les locaux. Selon nos informations, vers 10 heures, un homme est entré dans les locaux de la police municipale avant de porter plusieurs coups de couteau au niveau de la jambe de la victime.

12h02. Une policière grièvement blessée au couteau à La Chapelle-sur-Erdre, en proche banlieue nantaise, apprend-on de la gendarmerie.

#Policière #agressée #près #Nantes #dans #fuite #lassaillant #séquestré #une #jeune #femme #chez #elle

Ref. : leparisien.fr

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
829FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img