Régional 2021 : Sécurité, un thème candidat superstar

A l’extrême droite, à droite mais aussi à gauche, les candidats multiplient les propositions dans le domaine de la sécurité… qui n’est pourtant pas du ressort des directions régionales.

Chacun a son propre bouclier. A deux semaines du premier tour, les candidats aux élections régionales des 20 et 27 juin s’affronteront pour des propositions sur la sécurité, devenue le thème principal de la campagne. Et dommage que les régions n’aient pas leur propre compétence en la matière et y consacrent un budget epsilon (0,8% du budget voté cette année en Ile-de-France). Selon un sondage OpinionWay réalisé fin avril, le sujet est incontournable, tant les Français l’ont placé en tête de leur liste de priorités pour cette élection, avant l’emploi, l’environnement ou la santé.

Ce sera aussi en 2022, ce qui ne peut être ignoré par plusieurs candidats qui se verraient se lancer dans la course à l’Elysée. « La proximité des élections présidentielles écrase tout et place paradoxalement ce thème souverain au cœur du régional au détriment d’autres pouvoirs pourtant indispensables », analyse Bruno Cautrès, politologue au Cevipof, le Centre d’études politiques de la science- Pô.

Sans surprise, le RN s’est très vite emparé de cette question brûlante. Son candidat en Ile-de-France, Jordan Bardella, qui a choisi “Le choix de la sécurité” comme slogan, en a fait son unique thème de campagne et dans les Hauts-de-France, Sébastien Chenu l’a rédigé comme “première priorité”. Mais la droite n’est pas en reste et multiplie les propositions que l’on peut trouver d’une région à l’autre : amélioration de la sécurité des lycées et des transports, soutien de la police municipale, large déploiement de la vidéosurveillance… « En 2015, j’ai été insulté par sécurité vidéo autour des lycées, mais en réalité il y a une grande attente des gens” justifie Hervé Morin, président sortant (Les Centristes) de Normandie, qui met pourtant en garde contre toute “démagogie”.

Même les écologistes se mettent au travail

Candidats à leur succession en Auvergne – Rhône-Alpes et Ile-de-France, Laurent Wauquiez (LR) et Valérie Pécresse (Libres !) veulent même aller plus loin et expérimenter la reconnaissance faciale, malgré le flou juridique qui entoure cette technologie. Valérie Pécresse promet également “une Agence francilienne des travaux d’intérêt général (TIG)” lorsque la présidente LR des Pays de la Loire Christelle Morancais envisage de nommer un vice-président à la sécurité. Selon ce proche d’un président de droite sortant, cette débauche d’annonces vise à « vraiment mobiliser notre électorat », alors que l’abstention pourrait battre des records. Attention aux fantômes, c’est aussi la volonté du candidat LREM en Ile-de-France, Laurent Saint-Martin, dont la proposition est n°1 de créer une « police régionale ».

Même à l’approche de la mezzo voce, la sécurité n’est pas contournée par la gauche. Menacée par le RN, la présidente (PS) sortante d’Occitanie, Carole Delga, insiste sur le fait que “la sécurité de nos concitoyens n’est pas négociable” et défend une valeur “gauchiste”. Alors que le sujet continuait de se développer, il s’est engagé en novembre à équiper 100 % des lycées, autocars et trains de la région de caméras d’ici 2023. Il promet également de financer des postes de police mobiles pour la police municipale. En Auvergne-Rhône-Alpes, la candidate PS Najat Vallaud-Belkacem, qui a baptisé son programme “L’avenir en toute sécurité”, veut déployer une brigade de 1 000 agents autour des lycées. “En cette période de tension dans la société, il faut être présent sur tout ce qui garantit”, reconnaît l’ancien ministre.

Même les écologistes, qui n’ont pas encore la sécurité dans leur ADN, se mettent au travail. Candidat en Ile-de-France, Julien Bayou veut “combattre la fatalité du harcèlement dans les transports” en portant plainte “à la place des victimes”. Mais aussi “renforcer la présence humaine” sur les réseaux RATP et SNCF, comme ses concurrentes de gauche Audrey Pulvar (soutenue par le PS) et Clémentine Autain (LFI). Ce dernier dénonce néanmoins “un concours Lépine d’idées d’extrême droite” des candidats RN, LR et LREM. « La sécurité est à juste titre une préoccupation des Français et des Franciliens, mais dire qu’elle est au cœur de la politique régionale, c’est leur mentir », déplore-t-elle.

#Régional #Sécurité #thème #candidat #superstar

Ref. : leparisien.fr

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
836FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img