Rencontre avec Marianne Faithfull, survivante de Covid et auteure d’un magnifique nouvel album

Récupérée d’une forme sérieuse de Covid, la légendaire chanteuse et actrice Marianne Faithfull a sorti le bien nommé “She Walks In Beauty” à l’âge de 74 ans, un bel album sur lequel elle lit ses poèmes romantiques préférés sur la musique de Warren Ellis. Rencontres téléphoniques amusantes et émouvantes.

Son 22e album studio tient depuis longtemps à un fil. Tout comme sa vie. Il y a un an, Marianne Faithfull a heureusement échappé à une forme sévère de Covid-19 et a pu terminer l’enregistrement “She Walks In Beauty” après trois semaines d’hospitalisation à Londres. L’icône britannique du rock, du cinéma et de la mode a réalisé un de ses rêves à l’âge de 74 ans: onze poèmes romantiques du XIXe siècle qui ont accompagné sa vie sur des compositions de son fidèle ami violoniste et compositeur Warren Ellis, avec qui ‘il joue Nick Cave ., Brian Eno et Vincent Ségal.

En compagnie de cette «dream team», nous passons 46 minutes en dehors du temps et de la mode, embarquant dans un voyage apaisant, émouvant et puissant d’une grâce infinie. Pour en parler avec Marianne Faithfull: on ne prend plus la direction du boulevard du Montparnasse et de son pied à terre parisien. Ils l’appellent à Londres, dans l’appartement où elle vit et a été admise. Sa voix a toujours été plus cassée, mais elle n’a perdu ni sa combativité ni son humour. Nous commencerons bien sûr par entendre parler de sa santé. «Je vais mieux, merci, mais j’ai toujours les séquelles du long Covid. Je ne peux plus donner de longues interviews car je m’essouffle rapidement. J’ai aussi des problèmes de mémoire et de la fatigue. Je ne sais pas si je pourrai à nouveau chanter ou quand je reverrai Paris, où j’ai beaucoup d’amis. Je ne peux pas voyager. J’ai déjà du mal à bouger dans mon appartement (rires). Il faut du temps pour se remettre d’une telle épreuve. Son médecin lui dit qu’elle ira un peu mieux dans six mois. «Je l’espère, mais je ne sais pas. Cet album est vraiment la seule bonne chose qui m’est arrivée récemment. C’est un miracle ! Dieu voulait que je le fasse (elle rit). “

“Les grands poètes me parlent et me touchent à un niveau aussi élevé que certains peintres”

Marianne Faithfull a terminé l’enregistrement après son rétablissement. «Si nous faisons attention», dit-elle, «vous pouvez entendre que mon interprétation est plus fragile sur certaines chansons. C’était terriblement effrayant, car bien sûr, nous ne pouvions pas aller au studio. Nous étions éloignés, Warren à Paris et moi à Londres, mais nous nous faisions totalement confiance, nous comprenions notre langage corporel. Et ça a marché. L’enregistrement a été court et très fluide. “

La poésie l’a toujours accompagnée en raison de sa musicalité. Marianne Faithfull a découvert les grands romantiques du monastère “grâce à un professeur brillant”. «Les grands poètes me parlent et me touchent à un niveau aussi élevé que certains peintres. C’est presque magique. Parfois, cela me fait monter les larmes aux yeux. Pourquoi alors n’est-elle pas devenue poète elle-même? ‘Je n’avais jamais pensé à ça. Peut-être que je ne me sentais pas capable de le faire. Ce qui m’a fait plaisir, c’est la compagnie des poètes. J’ai été très ami avec William Burroughs, Allen Ginsberg et Gregory Corso (Note de l’éditeur: Trois poètes américains de la Beat Generation) »Elle aime aussi les auteurs français. «Baudelaire surtout, mais malheureusement je ne parle pas assez bien le français pour faire un album! “

En attendant, cet album fait du bien à ceux qui l’écoutent. “Je suis heureux d’entendre cela. Après l’avoir terminé, Warren et moi avons réalisé que cet album était parfait pour cette époque et pouvait aider les gens à trouver du réconfort. Nous ne l’avons pas fait exprès, mais le timing était parfait. »Une œuvre vraiment unique dans le paysage. «Pour être honnête, je ne pensais pas pouvoir le faire parce que cela n’a rien à voir avec le business de la musique. J’ai eu beaucoup de chance que François Ravard (Note de l’éditeur: son manager français) et mes amis incroyables y parviennent. Et la plupart vivent en France. “

Elle s’appelle une “ survivante ”

François Ravard, à ses côtés depuis 27 ans, vient de publier des mémoires rock and roll mettant en vedette Philippe Manoeuvre (lire ci-dessous) dans lequel Marianne Faithfull et sa vie sur les montagnes russes jouent un rôle crucial. «Je n’ai pas encore pu lire son autobiographie parce qu’elle est en français…» dit-elle en riant. Nous nous aimons beaucoup, avec un amour spécial, tout comme j’aime Warren. «Dans ce livre, nous apprenons au passage que le chanteur a traversé un certain nombre de revers financiers. «Je suce de l’argent, c’est vrai (elle rit). Je n’ai rien mis de côté et je me suis fait foutre. Du coup, j’aurais 74 ans et je risquais de ne plus pouvoir donner de concerts, ce qui était ma principale source de revenus. Mais je peux encore écrire. Je dois reprendre des forces car je suis encore très, très faible. Mais ça revient, je fais vraiment tout ce que je peux. “

Avec tout ce qu’elle a vécu, elle parle d’elle-même comme d’une «survivante». «En tout cas, la vie a encore quelque chose à voir avec moi. Mais je ne veux plus tourner, je veux juste être là, mes amis et revoir Paris. “

NOTATION DE LA RÉDACTION: 4/5

« Elle marche en beauté », Marianne Faithfull avec Warren Ellis, Panta Rei / BMG, 15 euros.

Son manager français publie ses souvenirs rock’n’roll

François Ravard en tête des remerciements de Marianne Faithfull pour son nouvel album. Et à juste titre, le Français est son manager depuis 27 ans! C’est lui qui a relancé sa carrière dans les années 1990 avec des albums raffinés et les meilleurs musiciens, Nick Cave, Damon Albarn (Blur), PJ Harvey, Beck, Metallica, qu’il qualifie de “grands seigneurs”. Ce n’est pas le cas de Lou Reed, avec mépris, ou de Van Morrison, glacial.

Merci à celui qui a été son compagnon pendant huit ans et dont il loue “ l’intelligence rare et l’humour sarcastique ”, mais n’hésite pas à vivre sur des “ montagnes russes ” – comme le jour de la mort de son père, quand elle devient un peu fille à nouveau et lui demande de lui raconter une histoire – ce Parisien discret et humble a rencontré la plupart de ses héros, “Pauly” Mc Cartney, Roger Waters et bien sûr Keith Richards, tous amis de Lady Marianne.

Mais François Ravard est surtout connu en France pour avoir importé du management en anglo-saxon et être le “cinquième téléphone”. Avec plaisir et humour il raconte l’histoire du groupe depuis sa rencontre avec Jean-Louis Aubert en 1975, jusqu’à la réforme en 2015 sans Corine sous le nom d’Insus. Un grand succès et un cadeau pour célébrer sa guérison de l’hépatite C, du cancer du foie et d’une greffe miraculeuse. Il fut aussi le seul et rapide manager de Rita Mitsouko et producteur du dernier film de Serge Gainsbourg, “Stan The Flasher”, un échec populaire mais une rencontre et une collaboration inoubliables avec celui qui l’appelait affectueusement “enfant”. A 65 ans, amoureux et père d’un petit Hector, il trouve la lumière. Le meilleur moment pour sortir de l’ombre.

“Souvenirs: rappels d’un manager”, François Ravard avec Philippe Manoeuvre, Harper Collins, 300 pages, 19 euros.

#Rencontre #avec #Marianne #Faithfull #survivante #Covid #auteure #dun #magnifique #nouvel #album

Ref. : leparisien.fr

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
831FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img