Cameroun – Yaoundé : le staff de Matgenie dans la tombe

Outre l’arriéré de salaires, ces employés du Parc national des équipements de génie civil dénoncent également les opérations catastrophiques du directeur général.

Des plaintes minées par l’intimé et le représentant du personnel qui estiment que toutes les voies de recours n’ont pas été épuisées avant d’entraîner ce changement d’humeur. « Nous voulons nos 11 mois de salaire ! Nous voulons des élections pour de vrais représentants du personnel ! Trop c’est trop ! Nous voulons la fin de cette épreuve”, peut-on lire sur les panneaux et banderoles qui seront affichés à l’entrée du siège social de cette entreprise publique Btp le lundi 7 juin 2021. Il est 8 heures du matin. Les grévistes s’assoient par terre et expriment leur fatigue.

A croire, c’est avec l’arrivée du nouveau directeur général que leur chemin de croix a commencé. La preuve : « Depuis quatre ans que M. Désiré Abogo Ntang est nommé Directeur Général de Matgénie, l’entreprise est en déclin. Les raisons de cette situation épouvantable sont les recrutements erratiques et massifs sans pérennité financière. Vous ne pouvez pas recruter des gens si vous n’avez pas l’argent pour les payer. Les attaques contre les ressources publiques sous diverses formes sont visibles. Il utilise personnellement les bénéfices de l’entreprise. Il utilise également des équipements à des fins personnelles sans respecter au préalable les procédures. La politique de maintenance des outils de production n’existe pas tout à fait au sein de notre structure. Alors, voyez-vous, avec tout cela, nous ne pouvons qu’aboutir à un désastre. Et je voudrais aussi ajouter qu’une nomination ne confère pas d’autorité. Nous ne voulons pas de dirigeants qui sacrifient leurs intérêts au détriment des nôtres », a déclaré Savénien Nguini, un associé.

Avis partagé par un de ses collègues ajoutant qu’il n’a aucune nouvelle des machines que le PDG a louées : « Où sont les revenus générés par ces machines ? Il a un concasseur pour produire le gravier. Où vont les revenus de ce concasseur ? On ne sait même pas où se trouve cette machine. Récemment, il a dit que Mat-Génie allait vendre du sable. Et on ne verra jamais le produit des transactions sur le sable. De toute façon, tout ce qu’on demande, c’est nos salaires », fulmine-t-il.

Merci de respecter les codes

Des plaintes que le représentant du personnel trouve certes légitimes, mais qui s’offusque du processus qui a suivi pour les soulever. « C’est vrai qu’il y a une annonce de grève initiée par une partie du personnel. Mais nous sommes surpris de trouver à notre arrivée ce matin (note d’hier de la rédaction) des camarades essayant d’empêcher les gens d’entrer dans la clôture de Matgénie. Nous défendons les mêmes causes. Malheureusement, nous ne les défendons pas de la même manière. Nous recueillons les plaintes et les envoyons au directeur. Puis. il nous donne des pistes de solutions que nous transmettons fidèlement à nos camarades. Jusqu’à hier soir (ndlr) on était encore en pleine discussion”, raconte Francis Essomba. Curieusement, les déclarations du délégué du personnel du deuxième collège confirment celles du Dg.

« La grève est quelque peu réglementée. Elle obéit à des codes. Nous ne sommes pas surpris. Nous devons d’abord informer les employeurs et le représentant des salariés. Et la grève a lieu lorsque tous les outils de négociation sont épuisés ; ce qui n’est pas le cas. Je suis très surpris par cet acte. Nous avons discuté des exigences avec le personnel au niveau de l’inspection du travail, et nous sommes toujours là. On ne peut donc pas s’asseoir au niveau de l’inspection du travail et se retrouver avec un saut d’humeur. Si les conclusions de l’Inspection du travail ne sont pas bonnes, on arrive à une décision de non-conciliation où il y a encore quelque chose à voir. Mais nous n’en sommes pas encore à ce niveau », explique Désiré Abogo Ntang.

Avant de préciser que les salaires sont payés en fin de mois, mais avec un certain retard. Qu’est-ce qui peut expliquer ces arriérés de paiement ? Le PDG parle de “l’inadéquation entre les frais de personnel et la production de l’entreprise”. Et pour résoudre ce problème, il a décidé de diversifier leurs activités. « Nous travaillons déjà sur la production de sable et de gravier. Ce n’était pas le cas dans le passé », souligne le directeur général. Il aurait aimé que ses subordonnés ne perdent pas de vue un aspect. « Nos salariés doivent aussi comprendre que cette entreprise est une entreprise à capitaux publics et qu’elle n’est plus un établissement public administratif pouvant recevoir des subventions de l’Etat. C’est donc notre production qui est distribuée sous forme de salaire. Les salariés de cette structure espèrent que tout rentrera dans l’ordre au plus vite.

DILAN TACHEKAM KAMNO (Stg)

#Cameroun #Yaoundé #staff #Matgenie #dans #tombe

Ref. : 237online.com

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
836FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img