Justice : La présomption d’innocence est-elle une réalité au Cameroun ?

« Ce principe est une réalité au Cameroun » : Bertrand Meka, avocat au Barreau du Cameroun

La Constitution de la République du Cameroun précise dans son préambule que « tout accusé est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire au cours d’un procès mené dans le strict respect des droits de la défense ». La présomption d’innocence est le principe selon lequel une personne, même soupçonnée d’avoir commis un crime, est considérée comme innocente avant d’être déclarée coupable par le tribunal. Ce principe est une réalité au Cameroun. Néanmoins, il n’en demeure pas moins que certains huissiers de justice n’encouragent pas le strict respect de ce principe. Après une arrestation spectaculaire de certains voleurs ou passeurs présumés, les huissiers de justice se ruent sur les médias qui ne prennent pas la peine de chiffrer leurs visages lors de l’émission. Il s’agit d’une violation de ce principe.

« Ce principe n’est pas respecté en pratique » : moi, Rosalie Metondo, avocate au Barreau du Cameroun

La présomption d’innocence est un principe universel partagé par plusieurs pays en ce qui concerne le code pénal. Il dirait que lorsqu’une personne est poursuivie dans des affaires criminelles, cela veut dire des corrections aux criminels, des corrections avec des amendes, des infractions qui ne sont pas un crime. C’est dans ces domaines que la présomption d’innocence est invoquée dans les affaires pénales. Le Cameroun est dans cette logique. Nos textes sont liés à des textes internationaux où le droit pénal est strictement applicable. Spécifiquement pour un profane, cela signifie que lorsqu’une personne est poursuivie pour un crime allant d’une contravention à un crime, cette personne bénéficie de la présomption d’innocence. Nous ne le condamnons pas d’emblée. Il est poursuivi parce qu’il y a des preuves, il y a un plaignant jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée. On pense qu’il n’a pas commis ce crime. La procédure au Cameroun est accusatoire depuis le dernier code de procédure pénale.

C’est celui qui se plaint qui doit prouver ce que vous avez commis en tant qu’infraction pénale. Tant que la preuve de votre accusation n’est pas prouvée par le plaignant, vous bénéficiez d’une présomption d’innocence. C’est le verdict avec toutes les preuves fournies par le demandeur qui annule cette présomption d’innocence. Des preuves sont requises dans les affaires pénales. Je fais confiance au Cameroun et je fais confiance à notre justice. Mais parfois, on peut déplorer ce principe de présomption d’innocence, qui n’est toujours pas respecté dans la pratique. Les textes existent et doivent être respectés tant par les tribunaux que par les enquêteurs. Nous voyons des enquêtes dans lesquelles les gens sont qualifiés avant d’être jugés. Même en situation de crime flagrant, nous bénéficions toujours de ce principe. Les policiers et gendarmes interrogés reçoivent une formation de plusieurs mois. Nous pensons que cela n’est pas suffisant pour couvrir la notion de droit, qui est assez compliquée. Ces policiers adorent ces abus pour se responsabiliser socialement car ils se sentent puissants. La pratique de ce principe pose donc de nombreux problèmes.

« Ce principe met les parties sur un pied d’égalité » : Me Cosma Owono, avocat

La présomption d’innocence est un principe sacré du droit pénal. Le droit pénal est lui-même ce droit qui est utilisé lorsqu’un crime a été commis dans la société. La personne qui se plaint doit être mise au même niveau que la personne qui a commis l’infraction. Ce principe fait aussi partie de ce qu’on appelle l’état de droit, car à un moment donné il faudra que les parties sachent qui se plaint et qui est accusé d’être sur un pied d’égalité, afin que le juge puisse trancher dans tous les sérénité. décision. Le principe de la présomption d’innocence permet, par exemple, d’éviter les lynchages publics. Ce qui n’est pas normal dans un Etat de droit. Il doit toujours y avoir une procédure et à la fin on aboutit à une condamnation car seul le juge peut condamner selon une procédure. La preuve que les accusations portées contre l’accusé doivent être présentées. Lorsqu’on nous demande si ce principe s’applique toujours au Cameroun, nous sommes directement derrière ce que la presse appelle aujourd’hui le Covidgate. Il s’agit d’une présentation au public de certains éléments d’enquêtes qui peuvent submerger les personnalités une fois que ces éléments sont présentés devant un juge. Malheureusement, les internautes ont tort de penser que ces quelques indices qu’un rapport de recherche a cristallisés blâment directement les personnes nommées dans ce rapport. Cette façon d’analyser met à mal ce principe qui ne connaît pas d’exception. Ce principe ne peut être remis en cause que par une décision de justice. Ce principe est respecté au Cameroun car il existe des procès aboutissant à des condamnations.

Propos recueillis par ML Mbena

#Justice #présomption #dinnocence #estelle #une #réalité #Cameroun

Ref. : 237online.com

Actu Cameroun - Cameroun infoshttps://www.actu-cameroun.com
Actu Cameroun - L'actualité camerounaise et internationale en direct. Débats politiques, sports, société, ... #Actu #Cameroun #Info #News Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez nous ...

4,266FansLike
831FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

A LA UNE

- Advertisement -spot_img